COMMISSION SUR L'AUMONERIE DANS LA JEC

Publié le par RAJA-JEC

Extraits du

Rapport de l'Equipe panafricaine  au 4ème Conseil panafricain

Dakar, 29 juillet - 10 août 1990

 

 

COMMISSION SUR L'AUMONERIE DANS LA JEC


A) PROPOSITION DE TRAVAIL


Le rôle de la commission est de faire sa propre réflexion, et ensuite de proposer des recommandations concrètes quant à l'aumônerie JEC en Afrique. Pour ce faire, elle devrait tenir compte de ce de travail. Mais elle est libre de rejeter tout ou partie de ce document, et d'ajouter d'autres éléments à partir des expériences des membres et de leurs priorités. Cependant quelques questions semblent demander votre réflexion, qui devrait ensuite conduire poser des recommandations.


= Quel est a votre avis le rôle spécifique de l'aumônier JEC? Quels aspects y soulignez-vous ?


 Comment I' aumônier/conseiller devrait-il/elle accomplir ce rôle?


=  Qu'est-ce qui est nécessaire pour accomplir efficacement ce rôle?

Comment et par qui seront fournis ces éléments nécessaires à l'aumônier pour former les jécistes?


=  Que proposez-vous pour la formation des aumôniers?

Comment et où la réaliser?


=  Avez-vous quelque chose à dire à propos des conseillers laïcs, hommes et femmes?


= Quelle solidarité les jécistes attendent-ils de l'aumônier/conseiller?


= Quel est le rôle de I' aumônier dans une équipe ou il y a des croyants d'autres religions?


= Y a-t-il des recommandations spéciales à adresser à l'Eglise et à ses responsables?




B) TRAVAIL DE LA COMMISSION


Nos réflexions ont porté sur les points suivants :


1) Rôle spécifique de l'aumônier.

- Accompagner le groupe;

- Un guide pour les jécistes;

- Jouer le rôle de père, et avec sa présence le mouvement est en sécurité, d'où la protection des jécistes;

- Assister et conseiller le groupe;

- Etre ouvert pour permettre aux jécistes de I' aborder;

- Avoir une connaissance approfondie du mouvement.

En bref, se référer aux documents de travail déjà existants (Conseil Mondial de Leuven et différentes sessions d'aumôniers, notamment celle de Kotobi en Juin 1989.)



2) Ce qui est nécessaire pour accomplir ce rôle

- Motivation de l'aumônier pour accomplir sa mission;

- Avoir une conviction pour le mouvement;

- Avoir une formation spirituelle, une formation sur la pédagogie du mouvement et de sa dynamique. - Avoir une vie spirituelle profonde.


Ces différents éléments doivent être fournis à l'aumônier

par l'équipe de base

par l'équipe diocésaine

par l'équipe Panafricaine

par l'équipe Internationale

en organisant des sessions de formation et de réflexion à ces différents niveaux.


3) Au sujet des conseillers laïcs,  hommes et femmes

nous reconnaissons que leurs rôles sont complémentaires  avec celui de l'aumônier.



4) La solidarité qu'attendent les jécistes de l'aumônier


-  être compréhensible avec les jécistes

-  être en contact permanent avec les réalités la vie des jécistes

- savoir les écouter

- ne pas décider à la place des étudiants, mais donner le temps de réfléchir (ne pas freiner leur réflexion)

- donner son avis sur la décision des étudiants

- éclairer la réflexion des étudiants et les aider à  percevoir les conséquences de leurs décisions

- il doit être indulgent, tolérant et aimant les étudiants

- être un réconciliateur

- aider les étudiants dans leur vie familiale et scolaire

- aider le mouvement dans la recherche de l'autofinancement

- la vie de l'aumônier doit donner un exemple aux étudiants

- un respect mutuel entre l'aumônier et les étudiants


5) Dans une équipe où il y a des croyants d'autres religions, I'aumônier doit :

- savoir apprécier les bonnes valeurs de leur foi

- veiller au respect mutuel entre les membres des différentes religions


- veiller à la formation chrétienne des membres catholiques.




C) RECOMMANDATIONS


1. Etant donné qu'en Afrique, il est difficile que chaque équipe de base ait son aumônier, nous recommandons la formation des conseillers laïcs.


2. Pour préparer les futurs aumôniers JEC, il est souhaitable que la formation commence dans les séminaires et les maisons de formation religieuse.


3. Pour une bonne formation des aumôniers et des conseillers, il faut des rencontres régulières de formation et d'échanges d'expériences, tant au niveau diocésain et national qu'international.


4. Pour être efficace, l'aumônier doit être présent à tous les secteurs de la vie des jécistes.


5. II est important que les jécistes choisissent eux-mêmes leurs conseillers laïcs.


6. Pour aider l'aumônier dans sa tache, l'Evêque veillera à lui fournir les moyens de déplacement et l'assistance financière nécessaires.


7. II faut organiser périodiquement des réunions des séminaristes jécistes en vue de s'imprégner des nouvelles directives du mouvement et de les préparer au rôle de futur aumônier.


8. Les équipes nationales devraient organiser des sessions nationales des aumôniers en collaboration avec l'équipe panafricaine.


9. Les équipes nationales en collaboration avec les directions de l'Apostolat des Laïcs doivent trouver les moyens pour faire participer leur aumônier national aux sessions panafricaines des aumôniers.


10. Encourager les aumôniers JEC à se  faire comprendre et accueillir l'apostolat de la JEC comme indispensable à la mission de l'Eglise dans le milieu de la jeunesse en général et des étudiants en particulier. Ceci non pas seulement en direction des Evêques mais aussi des prêtres, des religieux, des religieuses, des communautés chrétiennes, des responsables d'établissement.11. En raison des importantes ressources que constituent les prêtres, et  parce qu'il est nécessaire que nous exprimions notre confiance en eux, le mandat de l'aumônier dans la région Afrique devrait être limité à deux mandats de 4 années chacun, à moins qu'il n'y ait de très fortes raisons pour que l'aumônier soit retenu pour une période supérieure à deux mandats de 4 années chacun, soit 8 années.


------------------------------------------------

 

C'était en 1990 !

Revenons en 2008 - 2009

 

Vous pouvez participer à cet échange.

Merci d'envoyer vos contributions à Etienne Fakaba Sissoko,  etioo@yahoo.fr

qui les mettra en ligne


 


Yaoundé, le 23 décembre

De la part de Luc Kamdem



Salut à tous,


J'ai été invité ce week end à la session nationale des responsables de la JEC du Cameroun à Zamengoué, près de Yaoundé, pour un témoignage en tant que ancien responsable JEC et JEC Universitaire.


J'aurai, je l'espère, l'occasion de revenir sur le contenu de ce témoignage, mais je voudrais, en attendant, partager ici ma surprise très désagréable de n'y avoir trouvé AUCUN AUMÔNIER ou CONSEILLER. Une jeune religieuse (de Sangmelima je crois) sauvait toutefois l'honneur des femmes...


En juillet dernier, j'avais déjà été profondément scandalisé de constater qu'au CAMP NATIONAL d'Efok (et sauf erreur de ma part), ni l'aumônier national, ni un aumônier de l'Archidiocèse de Yaoundé ou du diocèse d'Obala (lieu du camp) n'était présent.


Or, l'autre constat c'est que les jécistes sont de plus en plus jeunes. Beaucoup d'enfants arrivent en classe de sixième à 10 ans, alors qu'à notre époque (il y a plus de 35 ans) la moyenne d'âge en 6è était plutôt de 13 ans, et les responsables diocésains ou nationaux avaient en général plus de 20 ans...


J'ignore ce qui se passe dans les autres pays Africains, mais cette situation est inquiétante et bien triste. Les anciens jécistes du Cameroun, qui ont assisté à une réunion improvisée à Efok avec les "responsables" du camp, comprennent bien de quoi je parle. A deux jours de la fin du camp, les enfants n'avaient plus rien à manger alors que certains venaient de l'extrême nord du pays après avoir parcouru plus de 1000 km; il y avait des conflits multiples ; des malades (il y a eu un mort !!!)... et il semble que l'évêque du coin avait contribué au financement du camp pour un montant de.... 10 000 Fcfa (soit environ 15 €) !!! 


Par conséquent, je suggère au RAJA et à la JECI (en particulier à l'Abbé Paul Tiga ZANGRE, Aumônier de la JECI), d'engager une réflexion sur ce problème et d'interpeller nos conférences épiscopales.


Une des pistes serait de trouver, dans le monde, des prêtres et des sœurs religieuses, éventuellement retraités, qui accepteraient d'accompagner les jécistes d'Afrique. En effet, en général, de par mon expérience, personne ne peut dans la JEC rassurer les parents et les jeunes de la même manière que le ferait un religieux ou une religieuse. Je peux me tromper, mais je sais que si mon aumônier du secondaire n'avait pas été là pour rassurer mes parents, je n'aurai certainement jamais passé une année entière dans ce mouvement. J'y suis resté 14 ans !


J'ose espérer que ce défi de trouver des aumôniers pour la JEC Camerounaise trouvera des solutions appropriées. Le RAJA Cameroun peut faire beaucoup de choses, mais n'a pas les compétences nécessaires pour nommer des aumôniers ! Les autres pays peuvent aussi partager avec nous leurs expériences dans ce domaine.


Luc Kamdem

RAJA Cameroun.


---------------------------------------


Paris, le 23 décembre

De la part de Germaine Lipeb


Salut à tous,

Merci Luc  pour ton mail,

Je suis d'accord avec toi sur les réflexions à mener pour le bien de la JEC.

Au delà de nos relations entre nous en tant que RAJA, je pense que nous devons faire quelque chose pour la JEC. C'est la raison pour laquelle nous avons engagé une réflexion sur les rapports entre la JEC et le RAJA. Je pense que nous en tant qu'anciens de la JEC sommes mieux placés pour convaincre un évêque. Parfois, les jeunes n'arrivent même pas à obtenir un rendez-vous avec leur évêque alors que nous le pouvons par nos relations. Il faut faire quelque chose. Vivement une assemblée générale du RAJA pour voir les actions à mener dans ce sens.

J'en profite pour demander au RAJA Cameroun ce qu'il en est de l'assemblée générale dont vous nous avez parlé.  N'attendez surtout pas la dernière minute.

Joyeuse nativité à tous

Germaine Lipeb


------------------------------------



Abidjan, le 23 décembre 2008

De la part de Joseph Charles Gogbeu


Bonsoir à tous,
Cette situation est certes désagréable mais pas désespérée.
Ici en Côte d'Ivoire, nous n'avons pas encore ce problème à un tel niveau.
Une proposition tout de même : mettre un système de cadrage des séminaristes (futurs prêtres qui ont été jécistes) afin de les amener à suivre volontairement le mouvement même quand ils ne sont pas aumôniers de la jec.
Secundo : adresser obligatoirement chaque année un courrier officiel d'invitation aux anciens aumôniers et aux grands séminaristes dont on connaît l'appartenance à la jec ou d'accointances avec le mouvement.
Il y a toujours un qui se libère.
Bonne chance et joyeux noël.

Joseph Charles Gogbeu


-----------------------------------------------

Merci Joseph Charles pour tes propositions. Je suis d'accord avec toi, les anciens jécistes devenus prêtres peuvent jouer un rôle important.


Mais, au Cameroun, j'ai l'impression que le problème est assez grave et mérite d'être porté au niveau des évêques, sans doute par le RAJA Cameroun, ou encore à travers l'aumônier de la JECI...


Luc Kamdem

RAJA Cameroun.


----------------------------------------------



Paris, le 24 décembre 08

De la part d'Edouard  KOUTSAVA
Secrétaire Général de la JECI/IYCS


Merci à vous cher aîné Joseph

Voici un très bel exemple de ce que pourrais apporter le RAJA dans le soutien de la JEC.

Comme vous venez de le signaler, je prends acte de cette absence d'aumônier auprès des jécistes du Cameroun qui n'ont jamais pris la peine de le communiquer au Secretariat International malgré, les questionnaires envoyés à tous les mouvements nationaux pour une action du côté des Conférences Episcopales locales.

Pour faciliter le processus, nous serons ravis à Paris si vous pouvez aider les jécistes à identifier un prêtre qui serait prêt à assurer cette mission auprès des jécistes afin que l'aumônier puisse appuyer directement la proposition auprès des Evêques du Cameroun.

Une fois encore un très grand merci et avis est lancé aux autres anciens de la JEC afin qu'ils puissent aider les BN à nous communiquer les réalités et défis nationaux auxquels le mouvement est confronté.

Bonne et Joyeuse fête de Noel à tous.

Edouard



----------------------------


Yopougon, le 24 décembre

De la part de Jean Noel N'Gouan

Bonjour Luc,


En Côte d'Ivoire, particulièrement dans le diocèse de Yopougon, un début de solution (qui semble marcher) a été trouvé.


Il s'agit de faire une sensibilisation à la base. De quoi s'agit-il?


Quand une activité jec se déroule, les grands séminaristes (les futurs prêtres) sont invités à y participer sans aucun frais: particulièrement pour les camps de formation.


Ainsi, ils découvrent le mouvement, et ils apprennent, auprès de l'aumônier ou de l'ancien jéciste accompagnateur, les rouages du mouvement. Quand ils finissent leurs formations au séminaire, ils sont bien outillés pour encadrer le mouvement !


D'autres part, nous maintenons aussi le contact avec les anciens jécistes qui entrent au séminaire afin que ceux ci soient les potentiels aumôniers paroissiaux,  diocésains et nationaux.

Ca a l'air de marcher même si cela n'est toujours pas évident!!!!


Voici ma contribution.


Jean Noel N'Gouan


----------------------------------------------



Abidjan, le 24 décembre 08

De la part de Blehiman Guillaume Brou  


Merci Jean-Noel pour ta contribution sur la question. Je suis totalement d'accord avec toi. Pour ma part, je pense que la solution la plus rapide serait de retrouver les traces de tous les anciens jécistes devenus prêtre, diacres et séminaristes et les convaincre de suivre nos frères jécistes. On pourrait aussi faire du lobbying auprès des anciens aumôniers de la Jec et des évêques anciennement aumôniers de la jec. Je voudrais pour finir te souhaiter un joyeux anniversaire et une bonne fête de Noël à tous les rajistes.

Guillaume


 

-----------------------------------------------------



Yaoundé, le 24 décembre

De la part de Luc Kamdem


Joyeux Noël à toi Guillaume, et à tous les membres du RAJA,

Je suppose que les membres du bureau de la JECI lisent nos échanges et pourront nous aider dans la diffusion des idées émises.

Tu as raison, Guillaume, de relever la négligence de certains de nos responsables JEC.

Il semblerait, par exemple, qu'aucune assurance n'avait été souscrite pour le fameux camp national JEC du Cameroun, alors qu'une assurance collective pour plus de 200 jécistes aurait coûté moins de 3 € par personne. Ce n'est pas une accusation, mais c'est grave si c'est vrai. Je propose à la JECI d'adresser une lettre circulaire aux responsables nationaux de la JEC, afin d'attirer leur attention sur les conséquences de telles négligences. Ce qui est arrivé au Cameroun ne doit pas se répéter, ni dans ce pays ni dans un autre.


Pour les aumôniers, je suis content des propositions et partage d'expériences des uns et des autres. Il serait indiqué que les responsables et aumôniers nationaux soient tous inscrits dans le yahoo groupe du RAJA, pour profiter de nos échanges. Germaine pourrait les inscrire si elle a les adresses.


Joyeux Noël encore, et bonne année 2009 !


Luc Kamdem

RAJA Cameroun.


--------------------------------------

 



Mercredi 24 Décembre 2008,

De la part de Blehiman Guillaume Brou  


Salut Luc! merci de toucher un problème aussi sensible que celui-ci. En effet il est vraiment scandaleux qu'à l'issue d'un camp jec on enregistre un mort. C'est vraiment révoltant et inacceptable. Aussi cette situation pourrait à la longue décourager les parents à laisser leurs enfants militer à la jec. Tu fais bien de tirer la sonnette d'alarme car les anciens jécistes que nous sommes, ne pouvons rester indifférents face à cette situation dramatique. Je propose pour ma part que la section locale du raja prenne attache le clergé pour discuter de la question de sorte à ce que les sections, les bureaux diocésains et le bureau national puisse avoir des aumôniers à leurs cotés. Une chose est d'avoir des aumôniers mais une autre plus importante est que ceux-ci participent régulièrement autant que faire se peut aux réunions et activités de la jec et qu'ils jouent leur rôle d'encadrement spirituel.

A coté du problème des aumôniers, je pense qu'il faut aussi dégager la responsabilité des responsables du camp qui ont en charge la santé et la sécurité des jécistes. ils doivent donc faire de plus en plus attention pour que de telles situations soient évitées dans l'avenir.
Guillaume

Publié dans LES AUMONIERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article